Onsen une expérience

L’expérience Onsen

Un voyage dans les bains chauds japonais

Ah ! Les Onsen ! Les japonais sont loin d’être les seuls à avoir développé cette culture des thermes. Je pense bien entendu à l’antiquité et aux romains. Le passage aux thermes était un moment privilégié pour toutes les strates de la société. On s’y rendait pour s’y ressourcer ou encore se laver, mais c’était loin d’être le principal attrait de ceux-ci.

 

Il y avait surtout un lien social à renforcer grâce à ces instants passés au sein des thermes. On y allait entre amis, ou entre relations, profitant de la vapeur et de l’écume chaleureuse pour passer un bon moment.

 

En ce qui concerne le Japon et cette culture des sources chaudes, nous n’en sommes pas éloignés. Il y a bien une dimension sociale attachée à ces bains, une véritable culture du bain chaud. Alors vous me comprendrez que lors de mon voyage au Japon, je me suis essayée à cette expérience de l’onsen.

 

J’avoue que j’aurais dû en profiter plus souvent lorsque j’étais sur place, mais, à l’époque, il y avait un élément déterminant dans cette expérience qui m’en empêchait : la nudité ! Plongeons-nous donc dans cette culture.

L’intégration du Onsen dans un quotidien

Vous savez combien le Japon est une terre volcanique. Cela a au moins un avantage, cela fournit un grand nombre de sources volcaniques qui peuvent avoir des vertus thérapeutiques. De fait, les sources peuvent contenir du souffre, du chlorure de sodium, du carbonate d’hydrogène ou même du fer.

Une volonté asiatique ?

 

Comme je l’avais exprimé précédemment, les onsen, ces bains d’eau chaude ne sont pas qu’une spécificité asiatique et particulièrement des japonais. Si vous avez visité le Maghreb, vous avez sans doute entendu parler du Hammam. Ce sont des espaces que vous pouvez aussi fréquenter sur place.

 

Je me rappelle d’un voyage au Maroc et de ma visite de ce joli village de Chefchaouen dans l’Atlas. Vous n’avez jamais visité celui-ci, avec ces couleurs bleues et blanches, vous devriez vous y rendre ! Je reviens à mes moutons. Nous avions choisi de nous rendre aux bains, malheureusement, ceux-ci étaient fermés pour le Ramadan.

 

Vous me direz quelle idée avons-nous eu de visiter le Maroc alors en plein Ramadan ? Et bien nous n’avons pas eu vraiment le choix. Nous avions nos contraintes de travail à l’époque, expliquant la difficulté de choisir une autre période. Cela n’a pas eu un énorme impact sur notre voyage et nos découvertes !

Des soins médicaux

 

Revenons aux Onsen. Rien que ce nom a plusieurs définitions. Cela peut signifier source chaude, les bains ou encore la station thermale entourant les bains. Les bains sont en général à l’extérieur, mais on en retrouve aussi à l’intérieur. Les japonais ont toujours l’habitude de s’y rendre, la plupart du temps entre amis, parfois même entre collègues, bien que cela soit plus rare.

 

Comme précédemment mentionné, les japonais se pressent aussi au sein de ces bassins dans une volonté de guérir le corps. De fait, la nature volcanique des îles japonaises en fait une grande source d’eau minérale. Les Onsen promeuvent des effets thérapeutiques à leur clientèle.

 

En général, il pense que l’eau leur permet de calmer les douleurs, de guérir les maladies de peau, ou même le diabète, la constipation ou encore les troubles du cycle menstruel. Cela devient ainsi une sorte de balnéothérapie.

 

Les japonais considèrent les onsen comme des espaces de thérapie. On se doit ainsi d’être calme et silencieux quand on s’y rend. Bien entendu, vous pouvez toujours discuter entre amis, du moment que les conversations se font à volume modéré.

Une ouverture du corps

 

Comme chaque aspect de la vie japonaise, la propreté est extrêmement importante. Le plus drôle dans tout cela, c’est que vous devez vous présenter entièrement nu au sein du Onsen. Dites-vous bien que les bains sont séparés entre les hommes et les femmes, et encore il ne l’était pas avant l’ère Meiji.

 

Avant de pouvoir entrer dans les sources d’eau chaude, vous avez à votre disposition tout un équipement pour vous permettre de vous nettoyer et de vous laver précautioneusement. Cela inclut que vous vous soyez parfaitement rincé avant de rejoindre les bains. Pas de mousse en trop !

 

Les maillots de bain sont interdits. Certains onsen tolèrent les serviettes dans les bains mais, pas tous. On les réserve à l’extérieur de ceux-ci, les japonais les portent parfois sur leur tête. Le reste du corps est entièrement nu. Les japonais parlent alors d’une « socialisation nue ».

 

Il peut arriver dans certains onsen ruraux, que les produits comme le savons ou le shampooing ne soient pas mis à disposition. Dans ce cas, on prie les baigneurs de se rincer avec attention.

Ma propre expérience

Il est temps maintenant de vous parler de ma propre expérience des onsen. Comme vous pouvez vous en douter, il y a eu des moments un peu gênants et d’autres assez drôles. J’ai découvert les bains alors que ma mère me rendait visite.

Un malaise diffus

 

Ce fut au cours d’un séjour en auberge de jeunesse au sein d’Osaka que le maître de l’auberge nous recommandât de nous rendre à l’onsen local. En vérité, j’ai découvert plus tard que certains sont gérés de manière privée quand d’autres sont gérés par la municipalité. Je voulais tenter l’expérience depuis pas mal de temps.

 

Alors, bien sûr, je savais que nous allions devoir y aller complètement nues, mais je ne m’étais pas tellement inquiétée de cela. Sur place, ce fut une autre histoire. J’avais du mal à me faire à l’idée que d’autres personnes allaient me voir nue. Trop de complexe à l’époque !

 

Au final, c’est une petite grand-mère qui m’a poussée à avancer vers les différentes petites cabines disponibles pour se laver avant de rejoindre les bains. On est en rangs d’oignon, tous les produits sont à votre disposition et il n’y a pas de limite de temps.

Passage du chaud au froid

 

Cela n’avait rien à voir avec les onsen que vous voyez en photographie dans les magazines. Celui-ci se trouvait en plein milieu d’Osaka au sommet d’un immeuble. Là, les bains étaient en extérieur, à l’exception du bain froid. On pouvait pénétrer dans de grandes piscines d’eau bouillante, ou encore dans des tonneaux en bois qui recevaient l’eau par à coups.

 

Il y avait largement la place pour plusieurs personnes dans ces bains, et nous étions bien seules à pouvoir apprécier ceux-ci, surtout comme ils étaient à ciel ouvert. J’avoue que l’eau était extrêmement chaude, et je comprends pourquoi les japonais n’y passent pas plus d’une heure. On ne résiste pas longtemps à ce genre de température.

 

Après avoir passé un peu de temps dans l’eau chaude, nous avons aussi tenté de nous glisser dans les bains d’eau froide. Autant le dire, j’ai senti mon cœur battre la chamade quand je suis entrée dans l’eau. C’est asphyxiant !

Envie de découvrir mon premier roman Trois Empires — Éveil ?

Une douceur japonaise

 

Quelle image idyllique ! On se prélassait dans l’eau bouillante en regardant le ciel noir — pas d’étoiles malheureusement au milieu d’Osaka. Il y avait deux japonaises un peu plus loin en train d’échanger les derniers potins, leurs serviettes enroulées comme un turban.

 

Tout était calme et silencieux, je revoyais la petite grand-mère qui avait tenté de m’aider à force de gestes et d’onomatopées. Il n’y avait pas besoin d’éprouver autre chose qu’un profond soupir.

 

Vous l’aurez compris grâce à plusieurs de mes articles, il y a toujours une douceur dans la manière dont les japonais appréhendent leur environnement ou mènent leur vie. Les bains n’en sont qu’une partie intégrante.

Conclusion

Ce fut une expérience quelque peu déroutante au début. Il y a d’abord la nudité qu’on doit surpasser. Nous avons un passé très catholique en France, bien loin de l’antiquité romaine ou celtique — cela dépend d’où on vient —, la nudité était considérée comme impudique et taboue.

 

C’était donc un challenge à surpasser. Après, l’autre obstacle résidait dans la chaleur des bains. J’avoue, je prends souvent des douches extra-chaudes peut-être même trop chaudes, pourtant il était difficile de rentrer dans ceux-ci et pire de sortir pour rejoindre l’eau froide.

 

Quoi qu’il en soit, les onsen sont une belle représentation de la douceur japonaise et surtout de la manière dont les japonais mènent leur vie avec une certaine communion et style de vie.

 

J’adorerais y retourner et expérimenter une nouvelle fois les onsen, peut-être cette fois dans un onsen traditionnel, un peu moins moderne.

Envie de découvrir mon premier roman Trois Empires — Éveil ?