Éveil en deux parties

Pourquoi ai-je coupé Éveil en deux ?

La publication papier et le découpage

Je vous en parle depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux. Je m’escrime à créer une nouvelle couverture pour Éveil en deux parties. Tout cela sans succès jusqu’à la semaine dernière.

 

Vous le découvrirez bien vite. J’ai finalement opté pour une solution plus simple, que j’aurais dû prendre depuis plusieurs semaines. Au lieu de me perdre dans des réalisations qui ne me convenaient pas, j’ai simplifié la donne. J’ai repris mon image initial en changeant l’image de fond.

 

Quoi qu’il en soit, je vous dois quelques explications en ce qui concerne le découpage du roman, sa publication papier et aussi sa distribution. On ne sait jamais… Les erreurs dont je vais vous parler pourraient vous aider si vous cherchez à publier votre propre livre.

 

Je veux tout d’abord mentionner le travail effectué sur Éveil, la possibilité d’une plus large distribution et enfin mon choix de BooksOnDemand.

Une réalisation sur Trois Empires — Éveil

Si vous vous êtes renseignés sur les Trois Empires — Éveil ou si vous avez fait un petit tour au sein de ma boutique, vous l’aurez compris, mon premier roman n’est pas un petit livre. Je dirais même plus que c’est un livre conséquent, épais : un livre de plus 800 pages.

 

Alors oui, c’est vrai que cela peut inquiéter ou même rebuter certains lecteurs. Je sais que cela peut être le cas, même pour moi. Étonnement, si vous consulter les avis, vous découvrirez que le livre se lit plutôt bien. C’est d’ailleurs un soulagement pour moi !

 

Bref, à la base, je pensais publier mon livre uniquement en version ebook. J’ai finalement revu ma copie, et j’ai choisi d’investir dans une publication papier. J’ai commencé avec un prix d’appel de 15,99€. Je n’entrais pourtant pas dans mes frais avec celui-ci. Surtout, j’étais incapable de pouvoir le proposer sur les plateformes de publication en ligne.

 

De fait, j’ai consulté plusieurs plateformes sur lesquelles on peut s’autoéditer, comme Amazon, BooksOnDemand, Libranova… mais les livres ne doivent pas excéder 700 pages… Vous voyez peu à peu où je veux en venir.

 

Il a donc fallu faire un choix ou, en tout cas, se poser la question : Comment allais-je pouvoir profiter de ces services très utiles pour promouvoir et proposer mon livre ? Comment allais-je pouvoir permettre une meilleure distribution de mon livre ?

La possibilité d’une plus large distribution

De fait, chaque écrivain vous le diront, quel est la plus grande difficulté que nous rencontrons ? La promotion, la commercialisation de notre ouvrage. Je me souviens du dernier sondage d’Anaïs W que je suis assidûment, lorsqu’elle nous a demandé le problème auquel les écrivains faisaient face : la promotion du livre.

C’est d’ailleurs une tâche que je ne peux plus repousser maintenant, il va falloir que je m’attèle à un phoning agressif des librairies et des salons pour ma participation. Comme dirait mon oncle, c’est un domaine que je ne peux plus repousser : interdiction de procrastiner !

Bref, au-delà de cette dimension, l’autre intérêt premier des plateformes d’autoédition sont les possibilités qu’elles vous offrent. Certaines vous permettent un référencement au sein de grandes librairies comme Cultura ou encore la Fnac, des enseignes que vous ne pouvez pas négliger en tant qu’auteur.

 

N’allez pas croire que votre chemin de croix se termine ici. Bien au contraire, votre livre ne sera qu’un livre parmi des millions. Néanmoins, si vous intensifiez votre promotion et votre présence en salon et au cours de dédicaces, il peut arriver que des lecteurs potentiels demandent votre livre en librairie. Vous serez alors bien content que votre livre soit référencé !

Contrat avec BooksOnDemand

Ainsi, j’ai choisi moi aussi de me lancer sur cette voie, en rejoignant BooksOnDemand. Il y a bien d’autres plateformes pour l’autoédition, Libronova et j’en passe. J’ai eu vent de BooksOnDemand par l’intermédiaire d’un autre auteur : Samuel Adrea. Je vous laisse découvrir son profil.

Quand il a appris que je cherchais à publier mon premier roman, il m’a recommandé cette plateforme. C’est vraiment quand Anaïs W en a parlé au cours d’un de ses articles que je me suis finalement intéressée à cette plateforme et que j’ai réfléchi à ses avantages.

 

J’ai donc pris ma décision et j’ai coupé Éveil en deux parties. Vous pouvez ainsi retrouver celui-ci avec le titre Éveil — première partie et Éveil — seconde partie. Simple mais efficace.

 

J’ai toujours dans l’idée de proposer le livre en version intégrale mais uniquement sur mon site web, en tout cas jusqu’au moment où un éditeur voudra bien le publier 😛

Conclusion

Vous n’êtes pas fan des gros livres, et préférer cultiver une large bibliothèque avec plusieurs tomes d’une même série ? Vous serez content de retrouver Éveil en deux parties avec une couverture similaire à la version intégrale.

 

J’espère que cette décision sera bénéfique et permettra à un plus grand nombre de lecteurs de découvrir mon ouvrage en leur donnant envie de lire la suite !

 

En ce qui concerne BooksOnDemand, je reviendrais vers vous certainement dans un temps ultérieur pour vous dire quoi en penser et si cela a été une bonne solution.

 

Ce qui est intéressant avec une telle mise en place ce sont les erreurs que j’ai pu commettre au cours de mes premières années d’écriture. J’ai hâte de continuer à apprendre et à pouvoir appliquer mes découvertes et mon apprentissage à mon prochain ouvrage : Affaires Nocturnes !

Envie de découvrir mon premier roman Trois Empires — Éveil ?