Sherrilyn Kenyon Devil May Cry

Le Cercle des Immortels de Sherrilyn Kenyon

Une série littéraire de plus de dix ans

« Oui j’aime, que dis-je, j’adore la romance paranormale et je ne m’en cache pas! Je cherchais depuis un moment une série qui m’emporte autant que Les ombres de la nuit, mais jusqu’à présent j’avais fait chou blanc! Cette fois-ci c’est chose faite avec ce premier tome d’une saga plus que prometteuse. » Yumiko, Babelio

 

Le monde est un endroit plein de magie. Il peut bien briller de mille feux, il peut être aussi obscur et effrayant, et particulièrement la nuit. Cela ne vous est jamais arrivé d’éprouver de l’angoisse en rentrant chez vous au milieu de la nuit. Et, cela, surtout, quand vous êtes une jeune femme.

 

C’est bien là que réside aussi le mythe du vampire, non ? Les rues de la Nouvelle-Orléans sont toutes aussi terrifiantes que n’importe quelle rue d’une grande métropole. Malheureusement, comme dans beaucoup de villes américaines, la nuit, les rues sont parcourues par des créatures à l’apparence humaine, à la beauté sublime, mais qui ont pour seul intérêt votre âme.

 

Les Daimons sont des monstres. Autrefois Apollites, une race créée par Apollon, dieu du Soleil, il les maudit quand ils tuèrent sa maîtresse et son enfant. Il les força à vivre seulement de nuit, afin qu’il n’ait jamais à subir leur existence. Il les poussa à se nourrir seulement du sang de leurs congénères. Enfin, ils les condamna à mourir à vingt-sept ans — l’âge auquel sa maîtresse a été assassinée.

 

Pour contourner la malédiction, les apollites trouvèrent la réponse en se nourrissant des âmes des humains. Une pratique qu’ils doivent répéter régulièrement s’ils veulent survivre. Ce sont des prédateurs violents et dangereux. Comme le yin et le yang, les Daimons ont leurs opposés en la personne des Chasseurs. C’est un cercle d’immortels au service de la déesse Artémis.

Un peu plus sur l’auteur et son œuvre

Sherrilyn Kenyon est une autrice américaine, basée dans l’État de Géorgie. Elle est l’autrice d’une série célèbre dans le monde entier avec la vente de plus de 70 millions de livres à travers une centaine de pays. Ses livres sont d’ailleurs parus plusieurs fois dans les tops du New York Times, de Publishers Weekly et du USA Today.

 

Ils ont même été des best-sellers en Allemagne, en Australie ou encore au Royaume-Uni. À travers sa série du cercle des Immortels, qu’elle écrit depuis le début des années 2000, elle a publié plus de trente romans dans ce même univers dont quelques nouvelles.

Depuis, elle a aussi travaillé sur d’autres séries et d’autres romans. J’inclus la série dynasty Nemesis, elle collabora avec Dianna Love sur celle-ci.

 

Elle a reçu de nombreux prix depuis le début des années 2000, dont le prix PEARL (Paranormal Excellence Award in Romantic Literature) en 2002. En 2007,  Devil May Cry a été classé numéro 2 sur la liste du New York Times Best Sellers.

Un mélange détonnant de Fantasy, de mystère et de romance

Le Cercle des Immortels ou en langue originale : Dark-Hunters Universe, est une large série. Comme je vous le disais, elle s’étale sur une trentaine de livres. Alors, attention, le monde des Dark-Hunters est vaste et étendue. Il englobe un univers de mystère et de fantastique. On retrouve des êtres surnaturels qu’on connait bien.

 

À la base, on croise une sorte de vampires, non pas suceur de sang mais d’âmes les Daimons. Leurs adversaires, en la présence des chasseurs, sont tout aussi effrayants. Bien sûr, au fil des livres, on retrouve d’autres personnages de légende et de mythe. De fait, Sherrilyn Kenyon nous parle aussi de garous, de démons, de génies, et bien d’autres. Il y en a tellement !

On compte aussi les chasseurs de rêves ou les chasseurs de démons. Bref, comme je vous le disais c’est un univers étendu. Alors, après le mystère dispensait par les chasseurs et notamment leur maître à tous : Acheron, Sherrilyn Kenyon s’intéresse en priorité à l’amour et aux relations amoureuses entre ses personnages.

 

Ce monde fantastique est en vérité le décor des romances de notre autrice, qui mêlent les personnages, les poussent à se rencontrer avant de les unir. Certains personnages que nous découvrons au cours des premiers livres, réapparaissent comme personnage principal d’un des romans suivants.

Plusieurs histoires au sein d’une même histoire

Il y a bien plusieurs histoire au sein d’une même histoire. Elles se lient les unes aux autres. En vérité, le premier roman semble être celui qui s’éloigne le plus du concept de Sherrilyn Kenyon. Chose étrange, quand on sait qu’il commence la série.

 

De fait, Julien de Macédoine est l’un des rares êtres de l’histoire à ne pas vraiment être lié aux Dark-Hunters, en tout cas pas de manière directe. Au fur et à mesure des romans, l’histoire se concrétise en une histoire unique au milieu des amours et de la romance qui égaillent la vie des personnages. Ce second thème reste l’intrigue principale des romans de Sherrilyn Kenyon.

Les hommes et les femmes présentés par Kenyon sont souvent beaux et/ou belles. Elle aborde principalement le côté incertain et le manque de confiance des femmes en elles-mêmes et leur physique. C’est particulièrement vrai dans les premiers romans, à l’exception d’un des personnages (Tabitha). 

 

Les hommes sont assez stéréotypés par contre, toujours magnifiques, toujours sublimes, et souvent avec un passé trouble et difficile. Je ne vous parle même pas du personnage qui reste au centre de chaque roman : Acheron, qui doit bien avoir la palme de la pire enfance au monde.

Une entrée en matière toujours similaire

L’entrée en matière des romans est souvent similaire. Je ne sais pas d’ailleurs si c’est l’entrée en matière, ou plutôt les thèmes et surtout le squelette du livre. On retrouve souvent un homme un peu fragile qui se cache derrière un visage sévère ou dur.

 

Cette façade se craquelle à l’arrivée d’une femme. Celle-ci a peu confiance en elle, en tout cas, c’était le cas dans les premiers romans, au cours des derniers, c’est un peu moins le cas.

Ils se découvrent des fragilités et une amitié née avant qu’un amour intense ne s’installe. Et puis, bien entendu, il y a la scène de sexe intense et merveilleuse décrite par les deux personnages. C’est toujours une relation hétérosexuelle présentée dans les romans de Sherrilyn Kenyon. 

 

J’ai lu la plupart des romans de cette série, surtout parce que Sherrilyn Kenyon arrive à m’entraîner à m’intéresser à l’histoire entourant les personnages. Je veux connaître le dénouement des légendes entourant nos héros. Les histoires d’amour, certaines m’ont plu plus que d’autres… Au bout du compte, elles sont similaires et redondantes.

La continuité du fil rouge ?

Qu’est-ce que j’entends par le terme de fil rouge ? Il y a bien entendu la relation entre les personnages et la présence de la plupart d’entre eux dans les différents romans que nous suivons, surtout au cours des derniers volumes. Acheron se fait de plus en plus présent, de même qu’Urian ou encore Artémis.

 

Y aura-t-il d’ailleurs un livre sur Artémis, un jour ? Pas sûr.

 

Depuis peu, on sent que le mystère s’épaissit autour d’Acheron et de son passé, on a envie de lire la suite seulement pour percer à jour la volonté de Noir — oui, oui, un personnage porte bien ce nom — et de sa sœur Azura.

Envie de découvrir mon premier roman Trois Empires — Éveil ?

Malgré ce mystère, il y a quelque chose qui dérange dans les derniers romans de Sherrilyn Kenyon, et particulièrement dans sa série de quatre sur les seigneurs dragons. De nombreux passages sont des répétitions. C’était déjà le cas entre les romans d’Acheron et de Styxx. Étant jumeaux, l’autrice retraçait la même période de vie à travers le regard des deux personnages.

 

Pourtant, en ce qui concerne les derniers romans, les passages sont vraiment similaires. Comme si elle avait fait un copié-collé entre les deux romans.  Comment peuvent-ils avoir des passages aussi semblables dans deux romans distincts ?

Des derniers romans décevants

Ainsi comme je le disais, les derniers volumes sont particulièrement décevants. J’ai apprécié Dragonbane, mais je n’ai pas du tout accroché avec les romans Dragonmark et Dragonsworn. Dragonbane nous permettait de découvrir un nouveau personnage dont on avait entendu parlé depuis plusieurs tomes.

 

De fait, Max a toujours été présent dans l’environnement immédiat de l’univers des garous, étant installé dans le grenier de la famille Peltier, installée à la Nouvelle-Orléans.

En vérité, je ne pensais pas qu’on aurait le moindre indice sur la vie de ce personnage avant un long moment. Au final, l’histoire était plutôt intéressante. Surtout en comparaison des précédents volumes comme Son of No One ou Time Untime.

 

Les deux autres volumes sur les Dragons sont bien moins bons. En particulier Dragonmark qui a une grosse partie de redite de ce précédent roman. Quant à Dragonsworn, je ne me suis pas du tout prise au jeu de Falcyn et Medea. D’autant plus que l’histoire d’amourettes entre les deux personnages semble un peu forcée. Je n’ai pas lu le dernier roman des Immortels sur Urian… Et vous ?

Conclusion

Pour conclure, comme je suis dans une période de lecture difficile… Je me permets de vous parler d’une série littéraire dans laquelle je m’étais lancée au cours des dernières années. C’est une série érotico-fantastique, à ne pas mettre entre toutes les mains. Elle se lit facilement, autant le dire, ce n’est pas de la grande littérature.

 

J’avais trouvé l’univers autour de la mythologie assez intéressant — expert ou apprenti historien ne cherchait pas de cohérence historique surtout. Cela me rappelait un peu Everworld de Katherine Alice Applegate, cette série jeunesse. Alors attention, Everworld est une fantastique série jeunesse que vous devriez découvrir si vous ne l’avez pas déjà fait.

 

J’ai toujours été passionnée par les mythes et légendes et par le visage d’Artemis, pourquoi pas ? Cependant, bien qu’au cours des dernières lectures, il y a une certaine évolution dans l’écriture de Sherrilyn Kenyon et surtout dans le développement de son histoire.

 

Il y a bien eu quelques couacs et notamment avec le livre Dragonmark qui pour moi est un échec complet. jaime toujours me replonger de temps en temps dans mes histoires préférées de Sherrilyn Kenyon, j’entends par là, Devil May Cry.

Envie de découvrir mon premier roman Trois Empires — Éveil ?